Michel d’Amboise et Jean Brèche

La récente découverte, par Raphaël Cappellen, d’un poème liminaire de Michel d’Amboise dans un ouvrage de Jean Brèche (1514-c. 1561 ?), traducteur du grec ancien et du latin, proche de Jean Bouchet et avocat au Présidial de Tours, complète nos connaissances encore parcellaires du réseau de l’esclave fortuné en Touraine (dont un premier bilan a été publié dans les Cahiers de recherches médiévales et humanistes, n° 40, en 2020, sous le titre “Les réseaux de l’esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète”).

La pièce, intitulée “A Monsieur Maistre Jehan Breche Advocat au siege Royal de Tours. L’esclave fortuné Salut” et terminée par la devise “Dieu et non plus” occupe les pages ix à xi d’un exemplaire de la traduction du De opificio Dei de Lactance par Jean Brèche conservé dans le fonds ancien de la Médiathèque de Troyes sous la cote B.17.3063. En voici le titre complet :

L.Coelius Lactance Firmian, De l’ouvraige de Dieu, ou de la formation de l’homme, à Demetrian, son auditeur. Oeuvre treselegant, et docte, et grandement profitable à ceulx qui voulent entendre et congoistre l’humaine fabrique, Translaté de Latin en Françoys, par Maistre Jehan Breche, licencié en Loix, Advocat au siege Royal de Tours, Tours, Jean Rousset, 1544.

Longue de 76 décasyllabes, la pièce évoque notamment les ennuis judiciaires de Michel d’Amboise – s’agit-il des suites de la plainte déposée par François Challeau, étudiant en médecine, devant le lieutenant criminel du prévôt de Paris à son encontre pour coups et blessures ou voies de fait (« certains excès et manœuvres ») en 1543 ?

Ce poème liminaire, dont le texte édité par Raphaël Cappellen sera publié prochainement sur le site qui héberge l’édition numérique des œuvres complètes de Michel d’Amboise, devrait nous permettre d’éclairer des éléments encore obscurs de sa biographie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.