À propos/About

Ce carnet de recherche est destiné à accompagner le projet d’édition critique des Œuvres complètes du poète Michel d’Amboise (c. 1505-c. 1547) dirigé par Sandra Provini et soutenu par le CÉRÉdI (EA 3229) de l’Université de Rouen-Normandie.
Ce projet trouve son origine dans le constat établi il y a vingt ans par Richard Cooper de la nécessité d’éditer les œuvres de Michel d’Amboise, longtemps ensevelies dans un oubli profond, et de faire échapper l’esclave fortuné à la malédiction qui semble le poursuivre après sa mort (« Michel d’Amboise, poète maudit ? », La Génération Marot : Poètes français et néo-latins (1515-50), éd. G. Defaux, Paris, Champion, 1997, p. 445-470). Richard Copper a souligné notamment les talents de traducteur du poète qui adapte aussi bien des œuvres de l’antiquité latine (Ovide, Juvénal) que des textes néo-latins ou italiens contemporains (Spagnuoli, Fregoso, Angeriano). Par le biais de la traduction, il contribue à la renaissance des lettres en France dans les années 1530 où il introduit notamment l’épigramme (1533). Mais Richard Cooper attire aussi l’attention sur ses œuvres personnelles, poésies françaises et néo-latines, et sur son unique œuvre en prose, Le Guidon des gens de guerre (1543), qui s’appuie sur l’expérience du « capitaine Chevillon ». Il voit ainsi en lui un « digne membre de la génération de Marot, à redécouvrir », d’autant plus que ses œuvres, pour certaines plusieurs fois rééditées au cours des années 1530-1540, sont lues, par Rabelais, Scève ou encore Du Bellay.

Notre projet d’édition vise donc à répondre à cette invitation, qui se justifie par la variété des talents dont fait preuve Michel d’Amboise dans plusieurs genres (épître, épigramme) et par son rôle de passeur. Il a aussi pour objectif d’apporter un nouvel éclairage sur la génération poétiques des années 1530-1540 laissée dans l’ombre par la coupure qu’ont tracée les poètes de la Pléiade et leurs grands éditeurs modernes. Notre entreprise s’inscrit ainsi dans une dynamique des études seizièmistes qui s’attachent à remettre en lumière cette génération méconnue, notamment en produisant des éditions critiques destinées à combler un vide du paysage littéraire de la Renaissance française – nous pensons en particulier à l’édition en cours des œuvres de Jean Bouchet sous la direction de Nathalie Dauvois à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle et au projet d’édition numérique des œuvres de Charles Fontaine que dirige Élise Rachjenbach à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

Le carnet accompagnera le travail de l’équipe éditoriale des Œuvres complètes : annonce des ateliers, journées d’étude et colloques organisés comme autant de jalons dans la préparation de l’édition et de l’étude des différents recueils de Michel d’Amboise ; comptes-rendus de ces différentes manifestations ; publication d’analyses poétiques ou prosopographiques par les différents membres de l’équipe ; mise en réseau des seizièmistes travaillant sur Michel d’Amboise et les poètes de sa génération (Clément Marot, Jean Bouchet, Charles Fontaine, François Habert…).

This academic blog is dedicated to the critical edition of the Complete Works of Michel d’Amboise (c.1505-c.1547) directed by Sandra Provini and supported by the CEREdI (EA 3229, University of Rouen-Normandie).
This project stems from the necessity, advocated some twenty years ago by Richard Cooper, to publish the works of Michel d’Amboise, long buried in deep oblivion, and to free them from the curse that has seemed to pursue “l’esclave fortuné” after his death (“Michel d’Amboise, poète maudit ?”, La Génération Marot : Poètes français et néo-latins (1515-50), ed. G. Defaux, Paris, Champion, 1997, 445-470). Richard Copper highlighted the skill of Michel d’Amboise as a translator, who adapted classic latin works (Ovid, Juvenal) as well as contemporary Neo-Latin or Italian ones (Spagnuoli, Fregoso, Angeriano). Through translation, he contributed to the French literary revival of the 1530s, especially by introducing the epigram (1533). But Richard Cooper also draws attention to his personal works, French and Neo- Latin poems, and his unique work in prose, Le Guidon des gens de guerre (1543), based on his experience as “Capitaine Chevillon”.

Our publishing project aims to respond to Richard Cooper’s invitation to “rediscover” Michel d’Amboise, justified by the variety of his talents in several genres (epistle, epigram). We also aim to shed new light on the poetic generation of the years 1530-1540, left in the shadows by the cut drawn at the hand of members of the Pléiade and their major modern publishers. Our project is therefore part of a dynamic of sixteenth-century studies that seek to bring this under-appreciated generation back to life, notably by producing critical editions intended to fill a void in the literary landscape of the French Renaissance (for instance the current edition of Jean Bouchet under the direction of Nathalie Dauvois at the University Paris 3-Sorbonne Nouvelle and the digital publishing project of works by Charles Fontaine led by Élise Rachjenbach at the Jean Monnet University of Saint-Etienne).

This academic blog will accompany the work of our editorial team : announcement of workshops, study days and symposiums organized as milestones in preparation for the edition and study of different works of Michel d’Amboise; reports of these different events; publication of poetic or prosopographical analyzes by various members of the team; Networking of sixteenth-century studies specialists working on Michel d’Amboise and the poets of his generation (Clément Marot, Jean Bouchet, Charles Fontaine, François Habert …).